Vente immobilière à Combloux : pourquoi opter pour le viager ?

Partager sur :
Vente immobilière à Combloux : pourquoi opter pour le viager ?

Une vente immobilière à Combloux peut se dérouler de différentes manières. L’une d’elles concerne le viager. En quoi consiste-t-il et quels sont ses intérêts ? 

En quoi consiste la vente en viager ?

Lorsque vous procédez à une vente en viager, vous cédez la propriété de votre bien à l’acheteur ou débirentier. Ce dernier, en contrepartie, vous verse une somme d’argent en guise de prix d’achat. Le capital est divisé en deux : le bouquet et les rentes viagères. 

Le bouquet est le premier paiement effectué par le débirentier. Il est versé au vendeur, ou crédirentier, au moment de la signature du contrat. Son montant dépasse rarement les 40 % de la valeur vénale du bien. 

Les rentes viagères, quant à elles, sont versées mensuellement ou trimestriellement au crédirentier jusqu’au décès de ce dernier et de son conjoint. 

Le prix de vente total du bien vendu en viager n’est connu que lorsque le versement des rentes s’arrête. 

Quels sont les avantages de la vente en viager ? 

Le viager procure divers avantages au crédirentier. 

  • Il lui permet de percevoir un capital important grâce au bouquet. Plus son bien vaut cher, plus le montant du bouquet est conséquent. Notez cependant qu’en cas de viager occupé, la somme peut être réduite. Il est également possible de vendre en viager, mais sans versement de bouquet. Dans ce cas-là, la valeur du bien est entièrement divisée en rentes. 
  • Il lui permet de percevoir des compléments de revenus tous les mois ou tous les trois mois grâce aux rentes. Ces dernières lui étant versées à vie, il peut vivre confortablement jusqu’à la fin de ses jours surtout que leur montant est réactualisé tous les ans pour évoluer au fil de l’inflation.
  • Il lui permet de bénéficier d’une meilleure plus-value puisque le prix de vente bénéficie d’avantages fiscaux intéressants. Le bouquet n’est pas imposable et les rentes bénéficient d’un abattement fiscal d’au moins 50 %.